Photo : l’artiste Liska Lorca lors d’une performance artistique à la ferme des Petits tresseaux à Averdon, pour la deuxième édition du festival H₂O, le 3 juin 2017. Crédits : Artecisse.

 

Cinquième émission de Feuilles vives, avec un mois d’août sous le signe des festivals en milieu rural. Le festival H₂O a parcouru la vallée de la Cisse au printemps dernier sur le thème des « femmes de l’eau ». Dans quinze jours, nous nous rendrons au festival de musique classique « Va jouer dehors ! », qui aura lieu du 15 au 27 août prochains. Le studio mobile de Studio Zef sera présent pour la journée de clôture de ce festival, au Théâtre du Grand Orme à Feings.

Expositions, pièces de théâtre, concerts, conférences… Pendant six week-ends, du 20 mai au 25 juin, plus d’une vingtaine d’événements ont été organisés par l’association ArteCisse, dans le cadre de la seconde édition de son festival H₂O. Là est le premier objectif : rendre disponible des formes culturelles variées, surtout présentes dans les grands centres urbains, en milieu rural. Pour illustrer cette volonté, le pianiste François-René Duchâble – qui a ouvert cette édition avec le comédien Alain Carré avec un spectacle mêlant musique classique et poésie – nous raconte pourquoi il s’est écarté du circuit classique international pour s’orienter vers des spectacles mélangeant les genres artistiques dans des lieux insolites.

Nous nous dirigeons ensuite vers la ferme des Petits Tresseaux à Averdon, près des sources de la Cisse. L’une des rares fermes en France à élever des vaches de la race écossaise Highland. Ces animaux sont particulièrement adaptés à l’entretien des marais qui occupent cette partie de la vallée de la Cisse. L’éleveur Olivier Gabilleau raconte comment il a fait passer sa ferme d’un système conventionnel (production intensive, circuits commerciaux longs) à un système respectueux de l’environnement (élevage extensif, production biologique, vente directe au consommateur). Une transformation qu’il s’efforce de communiquer au public par des journées portes ouvertes, ou en participant à des festivals comme H₂O, pour restaurer le lien entre producteurs ruraux et consommateurs urbains.

On trouve là le deuxième objectif du festival H₂O : en investissant quelques lieux emblématiques de la vallée de la Cisse, faire découvrir le patrimoine culturel, paysager et agricole de ce territoire, parfois méconnu de ses propres habitants. Ceux-ci, qui vivent dans des communes rurales mais qui travaillent à Blois, gardent une mentalité et une culture urbaines alors même qu’ils vivent à la campagne.

C’est à cette double rupture ville-campagne que les festivals ruraux comme H₂O s’attaquent : d’une part en organisant des événements culturels dans des territoires ruraux, d’autre part en amenant des urbains à une meilleure connaissance de ces territoires ruraux qui les entourent, et parfois même qu’ils habitent.

Références :

Interludes :

Podcast :

%d blogueurs aiment cette page :