Salut à tous.tes !

De nouveau confiné.es mais quand même super heureuses de vous retrouver.

On revient ce mois-ci avec un sujet qui nous tenait à coeur, certes pas des plus joyeux mais très important. Tellement important que l’on va y consacrer trois émissions. On va parler de la culture du viol, tu sais ce truc insidieux que tu vois pas si on te met pas le nez dessus. Ce truc qui fait qu’en France, on parle de liberté d’importuner plutôt que de harcèlement de rue. Enfin bref ce truc qui autorise des choses tellement graves comme le viol. Donc comme tu le vois, si tu décides d’écouter ce nouvel épisode, prend soin de toi, si tu as été victime ou si c’est un sujet qui t’atteint trop, n’écoutes pas. Le féminisme demande aussi parfois de se préserver.

Dans ce deuxième épisode sur le sujet, on t’explique de quelle façon la minimisation des faits rendent la culture du viol possible. Le viol est d’ailleurs le seul crime qu’on correctionnalise, mais aussi le seul crime où on traite vite la victime comme une suspecte et le criminel comme une victime. C’est grave, on d’accord. C’est aussi ça la culture du viol.

Comme d’habitude n’hésites pas à nous faire un retour si le sujet t’intéresse.

On te souhaite une belle journée et on t’envois pleins de force pour cette période difficile

Ps: tu peux nous rejoindre sur Instagram, on te liste nos ressources et les personnes qui nous inspirent @sororité_lepodcast

Ps2 : musique originale de Rodolphe Cuvelier aka @tai_mop.

Inscrivez-vous à notre News Letter

inscrivez-vous à notre news letter et recevez les dernières news de Studio Zef directement dans votre boite mail.

Vous être inscrits !