Bonjour,

Bienvenu pour la 8ème édition de Lire Et Ecrire sur Studio Zef 91.1 en FM et en podcast sur studiozef.fr/lire&ecrire où vous retrouverez toutes les émissions.Quelques petits changements sur la nouvelle grille des programmes, Lire & Ecrire sera présente sur les ondes avec une émission par mois diffusée tous les samedis de 14 H à 15 H.Samedi 22 septembre en tant qu’atelier d’écriture Alep et studio zef je participerai au grand jeu de PouldLoire où je vais animer un mini atelier d’écriture au sein du château de Blois. Il s’agira à l’apprenti sorcier en fonction de son âge de faire un petit texte comprenant un nombre de mots spécifiques tirés d’une liste fournie. Les volontaires pourront enregistrer leurs proses pour une   émission spéciale.

Au cours de la pause estivale, je parcours les vide-greniers et les bourses aux livres pour remplir ma bibliothèque et ainsi pouvoir vous présenter les principales œuvres que je possède. A Selles Sur Cher j’ai rencontré une association Berrichonne « Loccasedelire » qui proposait son livre, issu d’atelier d’écriture, édité par le Lycée Professionnel Albert Bayet de Tours dans le cadre d’une formation à l’édition pour leurs élèves. Les liens seront en bas du podcast. Grâce aux réseaux sociaux j’ai aussi nos amis de Bordeaux et Bergerac avec lesquels j’échange sur leur page dédiée.

L’écriture est un support d’échange sur des situations vécues, des choses vues mais aussi sur nos sentiments, notre compréhension du monde qui nous entoure, ses  opinions, ses doutes, ses théories.Mais l’écriture ne sert à rien sans le lecteur. Vous allez me dire que vous écrivez un journal, oui certes mais il y a le lecteur qui n’est autre que l’auteur qui ainsi garde précieusement en mémoire des moments de son existence pour les extraire  plus tard.De nos jours, dans un flot d’images par la télé, le téléphone, le cinéma, l’internet, les descriptions des paysages, de la nature,  des sites sont moins importantes, il suffit de citer l’endroit pour que le lecteur aille sur google pour admirer le lieu. On insiste plus sur les atmosphères, les sentiments, les comportements, les ressentis, les pensées. C’est toute la différence entre un film et un roman d’autant plus si les acteurs ne sont pas capables de faire ressortir dans l’expression de l’ensemble de leurs corps ce qui ils ont à l’intérieur. Le livre a donc encore beaucoup à apporter sur notre humanité.

Puisque je viens de vous parler de description, je viens de découvrir, (n’oubliez pas que je n’ai qu’une culture littéraire facultative et pas celle de la faculté), il s’agit de William Somerset Maugham. Il est né en 1874, décédé en 1965 au Cap Ferrat bien que de nationalité anglaise. Globe-trotter il se sert de son expérience et des histoires ou légendes qu’on lui raconte pour ses descriptions. Il a écrit beaucoup de nouvelles. Dans ses nouvelles il est le narrateur,  mais c’est toujours l’histoire d’un autre personnage qu’il écoute soit directement soit par un autre conteur. Son humour est toujours au second degré, il peut-être décapant sans jamais être vulgaire, insultant. Dans « le facteur humain » il termine sa nouvelle par cette phrase dite par son interlocuteur à propos de son histoire que celui-ci vient de lui raconter, « Et puis, de toute façon, il n’y a pas là matière à écrire une nouvelle », ce que vient de faire l’auteur. Il a aussi écrit quelques romans dont le « Fil du rasoir » ainsi que des pièces de théâtre.

Dans le Fil du Rasoir, il oppose deux personnages qui s’aiment, sont promis au mariage, Larry Darell et Isabel Bradley, le premier aviateur pendant la guerre de 14 prend conscience qu’il doit faire le tour du monde pour trouver des réponses à ses questions sur l’existence, sa vie, il renonce à la fortune, au mariage, a son amour, et la seconde fait le choix de la stabilité, la sécurité et le confort des gens fortunés. Au milieu se trouve un dandy qui est déplaisant, insupportable,  mais qui devient pour l’auteur au fil des ans attachant, c’est le pivot de l’histoire, celui qui permet d’avoir des nouvelles des deux personnages principaux en tant qu’oncle de cette dernière. Larry développe une philosophie de vie aux antipodes du rêve américain, mais il est de nos jours très en avance sur son temps, nous qui sommes au seuil de ces choix qu’il faudra prendre pour sauver notre planète ou la détruire. Passages du Fil Du Rasoir.

Dans l’élan créateur une nouvelle du recueil Amours Singulières, il se moque de la bourgeoisie intellectuelle ou l’art est essentiellement issu du bon goût recommandé par ceux qui ont une notoriété en la matière et qui ne sort pas des musées ou des bibliothèques. Un certain Albert dans le rôle du Cave Se Rebiffe va tout faire écrouler pour qu’il en sorte un art plus accessible au grand public sans sombrer dans la vulgarité…. N’y-a-t-il pas là quelque chose qui touche l’auteur directement ? Passages de nouvelles.

Les nouvelles rattachées à ses voyages sont passionnantes avec en arrière fond une critique sans en avoir l’air du colonialisme et des comportements des colons au milieu des populations autochtones, dans Le Sortilège Malais et l’Archipel Aux Sirènes.  Passage de nouvelles.

C’est le moment de la consigne : décrire un ou deux personnages ainsi que l’environnement dans lequel ils se trouvent et pourquoi. (lieu, transport en commun, auto, salon, musée, château…., physique, habits, positions, voix,  façon de parler, ….la cause un trajet, un accident, une visite, une querelle, des retrouvailles…..).

Musiques :Alain Souchon, Somerset Maugham  https://www.youtube.com/watch?v=0_lC1pzZb9M; Thiéfaine, les dingues et les paumés  https://www.youtube.com/watch?v=QinQthAKbm8 ; T.Rex, Get it on  https://www.youtube.com/watch?v=wZkTh_T75QY;  The Who, I am the sea   https://www.youtube.com/watch?v=nyN7WUKRicw ;  The Who, Overture (Tommy)   https://www.youtube.com/watch?v=MKdusyjiuvY