Bonjour,

Bienvenu pour la 9ème édition de Lire Et Ecrire sur Studio Zef 91.1 en FM et en podcast sur studiozef.fr/lire&ecrire où vous retrouverez toutes les émissions.
Aujourd’hui je vous parlerais toujours d’atelier mais aussi d’une saga qui changea notre vision de nos ancêtres, Les Enfants De La Terre de Jean M Auel.
Certains ateliers sont à thème, par exemple sur une œuvre, un écrivain. Certains sont sur la construction d’un seul et unique texte, le problème ici étant de ne pas varier la consigne sans obliger l’imagination à sortir du chemin tracé. D’autres se motivent en se donnant comme projet de publier les textes. Là on n’est plus vraiment dans l’atelier qui travaille dans la spontanéité, et donne du brut. Il faut remanier le texte chez soi, corriger les fautes, adapter la conjugaison, placer correctement les petits mots qui articulent le texte.
Pour publier il y a en France quelques petites maisons d’édition qui peuvent le faire, même à compte d’auteur. On peut publier aussi sur internet soit sur un blog, soi faire éditer à la demande le livre qui est pré-téléchargé dans une banque de donnée (data center). Il existe aussi des lycées professionnels dans les métiers de l’édition qui peuvent prendre en charge la mise en œuvre du bouquin. Il existe donc des solutions abordables mais cela nécessite un groupe  fortement motivé et suffisamment assidu pour faire aboutir le projet.
Publier un atelier d’écriture a l’avantage d’être le premier pas vers la publication de ses propres récits mais cela reste quand même plus compliqué. Il faudra tenir compte de la répartition des droits d’auteurs ou limiter les droits afférents à une entité unique qui peut être une association loi 1901.
Certains ateliers ont réussi à le faire, j’en connais alors pourquoi pas vous, bon courage.
Ce mois-ci je vais vous parler de Jean Mac Auel née Jean Marie Untinen en 1936, 82 ans cette année. Elle a fait des études de management et s’est mariée très tôt ayant cinq enfants à la l’âge de 25 ans. A 40 ans elle quitte le monde de l’entreprise pour se consacrer à l’écriture. Le sujet qu’elle choisit l’obligera à reprendre les études, à rassembler une connaissance approfondie avec les plus grands savants du domaine, dont elle financera une partie des recherches, ce qui lui ouvrira bien des portes comme la grotte Chauvet dont le public ne peut visiter que la copie. Le sujet est donc la préhistoire, c’est avant tout un roman qui comprendra six tomes, publiés de 1980 à 2011.
L’histoire se déroule dans la préhistoire. Pour pouvoir parler de la vie de nos ancêtres elle se permet de décrire des actions, des inventions, des  évolutions sociétales (élevage, agriculture, culture,  religion) d’une période de 30000 ans sur la vie de deux personnages, Ayla et Jondalar.
Toutefois elle respecte les plus récentes découvertes, sur l’habillement (pas des peaux de bête sinon on meurt de froid), sur les outils et leur fabrication, sur les armes de chasse, sur les constructions et l’habitat. Elle spécule sur les grottes qui seraient des lieux de culte, elle ose en 1980 affirmer l’existence (extrêmement controversée à l’époque) de mariage entre néanderthalien et homo-sapiens, ces mariages sont attestés de nos jours par l’analyse génétique des fossiles, son explication sur la disparition des néanderthaliens qui ne pourraient plus avoir d’enfants reste discutable.
L’histoire est construite sur la vie d’une petite fille homo-sapiens recueillie par des néanderthaliens, à l’ouest de la Turquie, qui sera obligée de partir, qui rencontrera des jeunes qui font un voyage initiatique, qui découvrira l’amour et qui finira en France. Les paysages sont ceux de l’époque, rudes, froids, couverts de glaciers, les peuples rencontrés sont parfaitement adaptés à leurs milieux, on découvre leurs modes de vie, leur génie pour les constructions  avec peu de moyens, maisons, bateaux, propulseurs, essais d’élevage dû au hasard de la chasse. On sait, pas très loin de chez nous, au bord de la Loire à Muides que les gens vivaient dans une maison unique où il y avait aussi tous les animaux qui voulaient bien y vivre. Ces modes de vie n’étaient pas sans problème, les animaux étant des vecteurs de maladies qui pouvaient décimer tout le monde.
Ayla finira prêtresse, le matriarcat étant de mise compte-tenu qu’il n’était pas clairement établi le lien entre procréation et sexualité.  Jean M. Auel a écrit le dernier tome après avoir visité Chauvet où la spiritualité du lieu lui apparaît comme une évidence. Ce sixième tome est moins apprécié de ceux qui attendait le coté amour et aventure de l’héroïne.
Cela reste quand même une excellente saga qu’on dévore de bout en bout avec délectation. A lire absolument, toujours publié en Pocket. Commencer absolument par le premier « Le clan de l’ours des cavernes ».

C’est le moment de la consigne : décrire une grotte que vous avez visité dans une petite histoire que vous inventez (peut-être de l’auto-fiction).
Voilà, c’est fini pour ce mois-ci, et si vous voulez gouter aux ateliers d’écriture, venez à l’atelier d’écriture de l’ALEP Blois, les mardis de 14H15 à 16H15.

Musiques :
Imago : Jeronimo

Noir Désir – Le Vent Nous Portera

Mona Lisa : De toute ma haine