Bonjour et bienvenu dans cette septième émission de Lire et Écrire à Studio-Zef. Je vais commencer en vous parlant d’atelier d’écriture, puis je rendrais hommage à Jean-François Parot qui nous a quitté le 23 mai. Enfin je vous donnerais une consigne d’écriture pour ceux qui veulent s’exercer chez eux. Comme d’habitude une adresse mail est ouverte pour recevoir vos textes, que je rappelle ici  lireetecrire@studiozef.fr  .

L’atelier d’écriture, selon moi, se doit d’être avant tout ludique. C’est une méthode pédagogique adaptée à la fois pour des gens épris d’écriture mais aussi pour des populations ayant ou ayant eu des difficultés avec celle-ci (étrangers, étudiants dans le domaine technique, personnes bloquées par leurs échecs scolaires,  etc…). Même en s’appuyant sur un exemple littéraire on peut s’amuser avec les mots. Il existe comme je l’ai dit auparavant une multitude de jeux, et je viens par l’intermédiaire d’une amie, Annie,  découvrir un jeu de caviardage sur un texte consistant à supprimer les mots contenant une lettre (par exemple le O) en le remplaçant par un mot n’ayant pas cette lettre. Pour rendre amusant cet exercice prendre un extrait d’un grand classique (Notre Dame De Paris de Victor Hugo) qui deviendra une satyre, presque un sacrilège,  en y introduisant des mots de notre époque par exemple. L’intérêt est ici d’étendre son vocabulaire par des synonymes ou des métaphores pour éviter la lettre interdite.

Comme je le disais, le 23 mai Jean-François Parot nous a quitté en laissant derrière lui l’histoire de Nicholas Le Floch en suspens. Tout d’abord quelques mots sur l’auteur. Il était né le 27 juin 1946 à Paris, son grand père et sa mère travaillaient dans l’art du cinéma. Passionné d’histoire il fait un mémoire sur le XVIIIème siècle ainsi que de l’ethnologie pour devenir spécialiste des momies égyptiennes. Ayant réussi le concours d’entrée aux affaires étrangères il devient diplomate et ambassadeur. Au cours d’un des hivers passé à Sophia, il décide d’écrire un roman dont l’action se situe au XVIIIème siècle de Louis XV à Louis XVI. Il dira au cours d’une interview, qu’il a conçu le personnage principal Nicholas Le Floch pour qu’il soit attachant et humaniste. Aujourd’hui sont édités 14 romans policiers dont 13 en édition de poche dans la collection 10-18 grands détectives. Ces romans sont conçus en trois parties, l’histoire des personnages fictifs, l’Histoire de l’époque avec de nombreuses références historiques et des personnages ayant existé (Sartine, Le Noir, la famille royale etc…), et une enquête qui sera résolue dans chaque tome. Il est donc recommandé pour ceux qui voudraient le lire de commencer par l’Énigme des Blancs Manteaux N° 3260 en 10-18, tous les titres étant encore édités.

Le personnage central est Nicholas Le Floch, noble Breton abandonné puis reconnu par son père, qui deviendra commissaire aux affaires extraordinaires sous Louis XV et commissaire du châtelet sous Louis XVI, je ne dirai que cela pour laisser au lecteur l’envie d’en savoir plus au cours des 14 épisodes de la série.

Outre la description précise du Paris et des évènements de l’époque, les mots tirés de dictionnaires du XVIIIème donne un style particulier aux dialogues. Les personnages représentent les courants d’idées qui traversent le siècle pour aboutir à la révolution, ainsi Nicholas redevable du Roi respecte la monarchie et son ami Bourdeau inspecteur est profondément républicain, mais son mentor M. Noblecourt est lui dans une loge maçonnique proche des philosophies des lumières, Sanson et Semacgus représentent la montée des sciences dans la vie courante et les enquêtes.

Une autre particularité remarquable des romans est la description, à travers une habitude demandée par les personnages gourmands et bons vivants, que leurs hôtes décrivent précisément à chaque repas tous les plats de leurs compositions, leurs cuissons à leurs présentations, et ceux-ci tirés de vraies recettes d’époque.

Nous sommes nombreux (dixit les réseaux sociaux) à rester sur notre faim sur la suite qu’aurait pu vivre Nicholas Le Floch, la révolution approchant. Aurait-il fuit comme Sartine en Espagne, aurait-il fait tomber des têtes avec Bourdeau, aurait-il en tant que Breton combattu la république avec la Dame De Clisson, serait-il revenu au domaine pour le gérer, nous ne le saurons jamais.

Mais il me reste à remercier Jean-François Parot pour ces romans historiques qui font échos à notre période sur bien des points, je les ai dévorés avec passion et je conseille à tous de les lire avec bonheur.

Je vais vous lire quelques passages tirés au hasard des 25 romans que je possède.

Nous voici arrivé à la consigne d’écriture. Souvenez-vous de ces repas de famille,  d’un repas dans un lieu extraordinaire au cours de vacances, de vos études, de vos amours. Décrivez le avec le plus de précision possible à la manière de Jean-François Parot. Toujours possible de me l’envoyer  sur lireetecrire@studiozef.fr

Le mois de juin s’annonce orageux c’est l’occasion de s’essayer à l’écriture créative.

A bientôt, on se retrouve en deuxième et quatrième lundi de chaque mois de 14H à 15H sur les zondes de Studio Zef 91.1 en FM ou en podcast sur le site de studiozef.fr.

Musiques :

A https://www.youtube.com/watch?v=Qtoy3CwdQII       3:28

B https://www.youtube.com/watch?v=eXRKEaPBrYk      1:10

https://www.youtube.com/watch?v=CReTzIf9KNc&list=PL6Q4_M4NLFccbGQahfJnXNPX_kZ0H513o  4:15

D https://www.youtube.com/watch?v=UgFrSAtge-g  4:37

E https://www.youtube.com/watch?v=VK86953T6R4   2:45

F https://www.youtube.com/watch?v=Xu0houyGJUE  10