Bonjour,

Bienvenu pour la 10ème édition de Lire Et Ecrire sur Studio Zef 91.1 en FM et en podcast sur studiozef.fr/lire&ecrire où vous retrouverez toutes les émissions.
Aujourd’hui je vous parlerais toujours d’atelier mais aussi d’une saga qui révolutionnera les états unis en parlant d’un sujet encore tabou fin des années 70, l’homosexualité.

Avant de se lancer dans l’animation d’un atelier d’écriture il faut au moins avoir participé à un en tant que simple participant. Pour mon expérience, je devais choisir des unités de valeurs optionnelles pour mon diplôme, ayant le choix entre apprendre le japonais, un cours de géo-politique ou un atelier d’écriture moi qui n’était même pas capable d’écrire à ma dulcinée, j’ai choisi le choix de l’écriture, la peur au ventre. Quand vous avez un souvenir négatif du français à l’école, une prof venant de La Sorbonne ça a de quoi vous traumatiser définitivement. Mais voilà, rien de tout ça, que du plaisir au point d’attendre toute la semaine heure de la séance. Cette charmante personne m’a totalement débloqué, la pédagogie participative sans doute.
Une fois qu’on y a gouté on peut devenir addict, mais lorsqu’il n’en existe aucun atelier près de chez soi il ne reste qu’à le monter. Mais avant je conseille de lire un peu de littérature sur le sujet et si possible prendre contact avec les réseaux sociaux d’autres ateliers existants.
Je ne vais pas revenir sur la forme de base mais je vais vous citer trois livres que je possède. Ce n’est peut-être pas les meilleurs mais au moins c’est un bon début.
Bruno Tessarech, l’atelier d’écriture, leçons à un futur écrivain, édition JC Lattès, 2015.
Dès le début il vous met à l’aise en disant ce que je dis souvent à ceux qui viennent chercher un cours « Il n’existe aucune recette pour bien écrire un livre. Depuis le temps que les auteurs cherchent la pierre philosophale, cela se saurait si l’un d’eux l’avait trouvée ». Suit un certain nombre de recettes pour faire marcher l’imagination. Certains font leurs ateliers devant des peintures au sein d’un musée ou d’une galerie. Mais parfois cet univers doit être provoqué si l’atelier est dans une salle nue offerte par une association, il faut donc monter alors le décor soit en parlant d’un livre soit en montrant une vidéo.
Odile Pimet, Claire Boniface, ateliers d’écriture mode d’emploi, guide pratique de l’animateur, ESF éditeur.
On y trouvera de nombreux exemples dont certains sont tirés de Perec. Il y a aussi quelques conseils pour créer une association pour faire vivre l’atelier.
Alain Héril, Dominique Mégrier, Ateliers d’écriture pour la formation d’adultes, édition RETZ.
C’est à mon sens le plus intéressant. C’est ce qu’il faut pour un atelier d’adultes. On y trouve tout ce qu’il faut savoir pour démarrer, ainsi que de nombreux exemples.
Voilà de la matière pour créer votre atelier. Toutefois attention, si vous n’avez pas une formation supérieure en français, il vaut mieux le faire au sein d’une association en tant que bénévole. J’ai choisi l’ALEP dans le cadre de l’éducation populaire qui est en adéquation avec mes principes politico-éthiques en tant que bénévole, pas besoin de m’occuper d’assurances, de paiement, de location de salles, simplement préparer les séances et c’est déjà beaucoup.

Ce mois-ci je vais vous parler d’une série qui a fait du bruit en 1978 aux states. On y parlait pour la première fois du milieu gay de San-Francisco, à travers l’histoire de plusieurs personnages. Il y aura d’abord 6 tomes qui seront augmentés de trois autres chapitres dans les années 2000. Les six premiers sont édités en 10-18, on les trouve encore dans les bourses aux livres et dans les vide-greniers. L’auteur est Armistead Maupin sous le titre Chroniques de San-Francisco.
Le personnage principal est mary-Ann Singleton qui arrive à Frisco pour y travailler. Elle loge chez Mme Madrigale, ancienne libraire qui loue plusieurs appartements aux différents personnages et qui cultive son herbe pour la consommation de la maisonnée. On y découvrira les mœurs de la ville à travers leurs histoires, ainsi qu’une critique de la société américaine.
Le tout est fait avec humour et procure un bon moment de détente. Je vais vous lire quelques passages des six premiers livres.
Voilà c’est le moment de la consigne : décrire une ville que vous visitez pour la première fois, qui, quoi y avez-vous-vu d’insolite ?
Voilà, c’est fini pour ce mois-ci, et si vous voulez gouter aux ateliers d’écriture, venez à l’atelier d’écriture de l’ALEP Blois, les mardis de 14H15 à 16H15.
Musiques :
John Mayall, Londres, INA
https://www.ina.fr/video/CPF07009433
Clapton, Mayall, Bluesbreakers

Mayall, The mists of time