Photo : alouette des champs, espèce dont les effectifs ont diminué fortement ces dernières années, posée sur une paille de maïs. Crédits : Marcin Moga [CC BY 2.0] via Flickr.

 

Après notre dernier reportage sur le Comptoir des cocottes, Feuilles vives continue son début de printemps aviaire avec la Ligue de protection des oiseaux, et son dispositif agrotouristique « Les oiseaux de nos fermes et de nos vignobles » : trente parcours dans trente fermes du Loir-et-Cher (essentiellement en élevage et en viticulture) qui pratiquent toutes la vente à la ferme.

Au total, 68 km de circuits ornithologiques ponctués de 300 bornes interactives pour mieux connaître les réservoirs de biodiversité que constituent nos espaces cultivés. Attirer l’attention sur des paysages et des espèces animales du quotidien, c’est montrer l’impact du travail agricole, mais aussi encourager les agriculteurs à initier ou à poursuivre des démarches agroécologiques : installation de nichoirs, creusement de mares, implantation de haies. Des aménagements qui permettent une revalorisation des paysages agricoles – cruciale pour refaire de nos fermes des lieux de sociabilité, et non seulement de production – mais qui apportent aussi des avantages agronomiques : protection du vent, régulation des ravageurs par la biodiversité.

« Agriculteurs-pollueurs » contre « citadins-qui-n’y-connaissent-rien », c’est de cette incompréhension mutuelle qu’il convient de s’extirper, par la création d’espaces de dialogue ville-campagne. S’intéresser aux oiseaux qui peuplent nos fermes et nos vignobles implique, pour l’agriculteur comme pour le citadin, d’adapter ses pratiques de production et de consommation à son milieu naturel et social.

Panneau d'information sur le parcours

Panneau d’information sur le parcours « Les oiseaux de nos fermes et de nos vignobles » à la ferme de Morillard, à Lancôme. Crédits photo : Nicolas Patissier pour Studio Zef.

 

 


Le site de la Ligue de protection des oiseaux, et sa section départementale sur les réseaux sociaux.

Site du dispositif « Les oiseaux de nos fermes et de nos vignobles« , et le lien direct vers le parcours de la ferme de Morillard, visité pendant le reportage (site internet de la ferme). Ce parcours comporte dix panneaux explicatifs, accessibles sur place aux bienheureux détenteurs de smartphones. Pour les autres, on peut retrouver ces panneaux à la maison en fouillant un peu : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10.

Les oiseaux rencontrés durant la visite du parcours de Morillard : le moineau domestique, le rougegorge familier, l’accenteur mouchet, le pigeon ramier, le troglodyte mignon, l’alouette des champs, l’œdicnème criard, le busard Saint-Martin, le roitelet triple-bandeau, le pinson du Nord.

Implantation des trente fermes participantes au dispositif de la LPO41,

Implantation des trente fermes participantes au dispositif de la LPO41, « Les oiseaux de nos fermes et de nos vignobles. Crédits carte : Atelier cartographie de la Chambre d’agriculture du Loir-et-Cher.

 

Le reportage en podcast :

%d blogueurs aiment cette page :